...
Il rend cela possible
1:50

Nous pouvons faire mieux et être meilleurs

...
Nous pouvons être meilleurs

Comment le processus du repentir nous aide-t-il à devenir meilleur ?

...
S’appuyer sur l’expiation du Christ

Comment le fait de vous appuyer sur l’expiation du Christ vous permet-il de connaître le Sauveur ?

...
Purifiés par le repentir

Comment pouvez-vous être purifiés par le repentir ?

...
La famille Fu

Découvrez comment vous pouvez savoir par vous-même que Dieu existe.

Qui est Jésus-Christ ?

Fils de Dieu

Jésus est le premier né de Dieu dans l’esprit et le Fils Unique du Père dans la chair. Marie, sa mère, l’a porté, lui a donné la vie et l’a élevé lors de sa vie sur terre. Sa mission fut définie avant la fondation du monde.

Instructeur

Jésus était le plus grand des instructeurs n’ayant jamais vécu sur terre. Il nous enseigne encore aujourd’hui. À douze ans, Jésus enseignait les érudits dans le temple (voir Luc 2:46). Ils étaient étonnés par sa connaissance. Toute sa vie, Jésus alla de lieu prêchant de magnifiques sermons.

Exemple

Jésus vécut une vie parfaite, sans péché, nous fournissant ainsi un exemple parfait à suivre. Tout acte religieux doit être effectué en son saint nom.

Sauveur

Le nom hébreu de Jésus est Jeshua, qui signifie « sauveur » Jésus remplit son rôle de sauveur grâce à son sacrifice volontaire et à sa résurrection.

Redémarrez
Suivre Jésus-Christ

Qui est Jésus-Christ ? Jésus est le Sauveur du monde. En le suivant, nous trouvons une plus grande paix et un plus grand bonheur dans la vie.

Jésus-Christ enseigna de nombreuses choses pendant son ministère terrestre, dont la plus grande est l’amour.

Les prophètes et les apôtres actuels parlent de changement et de repentir

Ainsi, quand Jésus nous demande, à vous et moi, de nous « repentir », il nous invite à changer notre façon de penser, notre connaissance, notre esprit, même la manière dont nous respirons. Il nous demande de changer notre façon d’aimer, de penser, de servir, de passer notre temps, de traiter notre femme, d’instruire nos enfants et même de prendre soin de notre corps.

Rien n’est plus libérateur, plus ennoblissant ni plus indispensable à notre progression individuelle qu’un repentir régulier, quotidien. Le repentir n’est pas un événement, c’est un processus. C’est la clé du bonheur et de la paix de l’esprit. Associé à la foi, le repentir nous donne accès au pouvoir de l’expiation de Jésus-Christ.

« Nous pouvons faire mieux et être meilleurs », conférence générale d’avril 2019

L’Évangile de Jésus-Christ nous invite à changer. « Repentez-vous » est son message le plus fréquent, et nous repentir signifie abandonner toutes nos habitudes, qu’elles soient personnelles, familiales, ethniques ou nationales, qui sont contraires aux commandements de Dieu. Le but de l’Évangile est de transformer des êtres ordinaires en citoyens célestes, et cela exige le changement. […]

Jésus nous ordonna de nous aimer les uns les autres, et nous montrons cet amour en nous servant mutuellement. Il nous est aussi commandé d’aimer Dieu, et nous montrons cet amour en nous repentant continuellement de nos péchés et en gardant ses commandements (voir Jean 14:15). Et le repentir signifie plus qu’abandonner nos péchés. Dans son sens le plus large il exige le changement, le renoncement à toutes nos traditions contraires aux commandements de Dieu. En participant pleinement à la culture de l’Évangile de Jésus-Christ, nous devenons « concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu » (Éphésiens 2:19).

« Le repentir et le changement », conférence générale d’octobre 2003

Il ne suffit pas de demander une plus grande sainteté pour l’obtenir. Elle s’obtient en faisant ce qu’il faut pour que Dieu nous change.

« La sainteté et le plan du bonheur», conférence générale d’octobre 2019

Notre désir de nous repentir montre notre reconnaissance pour le don de Dieu et pour l’amour et le sacrifice du Sauveur en notre faveur. Les commandements et les alliances de la prêtrise permettent de mettre à l’épreuve notre foi, notre obéissance et notre amour pour Dieu et pour Jésus-Christ mais, plus important encore, ils nous donnent l’occasion de ressentir l’amour de Dieu pour nous et de recevoir une pleine mesure de joie, dans cette vie comme dans la vie à venir. […]

Souvenez-vous : les cieux ne seront pas peuplés de personnes qui n’ont jamais fait d’erreurs mais de personnes qui ont reconnu qu’elles avaient dévié de leur trajectoire et qui ont effectué les corrections nécessaires pour retourner dans la lumière de la vérité de l’Évangile.

 

Plus nous chérissons les paroles des prophètes et plus nous les appliquons, mieux nous nous rendrons compte lorsque nous dévions de la trajectoire, même si ce n’est que de quelques degrés.

« Une question de quelques degrés », conférence générale d’avril 2008

L’invitation au repentir est rarement une voix de châtiment, mais plutôt un appel aimant à faire demi-tour et à « retourner » vers Dieu. C’est l’appel d’un Père aimant et de son Fils unique à ce que nous soyons mieux que ce que nous sommes, que nous élevions notre façon de vivre, que nous changions et que nous ressentions le bonheur de respecter les commandements. En tant que disciples du Christ, nous nous réjouissons de la bénédiction qu’apporte le repentir et de la joie d’être pardonnés. Cela devient une partie de nous-mêmes, qui modèle notre façon de penser et de percevoir les choses. […]

Pour la plupart, le repentir se fait dans la discrétion et en privé, en demandant chaque jour l’aide du Seigneur pour changer ce qui doit l’être.

Pour la plupart des gens, le repentir est davantage un voyage qu’un événement qui se produit une fois pour toutes. Ce n’est pas facile. Changer est difficile. Cela exige de courir contre le vent, de nager à contre-courant. Jésus a dit : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. » Le repentir consiste à se détourner de choses telles que la malhonnêteté, l’orgueil, la colère, les pensées impures et se tourner vers des choses comme la gentillesse, l’oubli de soi, la patience et la spiritualité. C’est se tourner de nouveau vers Dieu. […]

Le repentir ne fait pas que nous changer, nous, mais il bénit aussi notre famille et nos êtres chers. Avec notre juste repentir, au temps voulu par le Seigneur, le bras étendu du Sauveur n’enserrera pas que nous, mais s’étendra jusque dans la vie de nos enfants et de notre postérité. Le repentir signifie toujours qu’un plus grand bonheur nous attend.

« Repentez-vous… afin que je vous guérisse », conférence générale d’octobre 2009

Le changement de comportement et le retour sur « droit chemin » sont une partie du processus de repentir, mais seulement une partie. Le véritable repentir comprend également le don de notre cœur et de notre volonté à Dieu, et l’abandon du péché. Comme Ézéchiel l’explique, se repentir, c’est : « rev[enir] […] [du] péché, […] pratique[r] la droiture et la justice, […] rend[re] le gage, […] [et] sui[vre] les préceptes qui donnent la vie, sans commettre l’iniquité ». […]

Le véritable repentir doit impliquer la foi au Seigneur Jésus-Christ, la foi qu’il peut nous transformer, la foi qu’il peut nous pardonner, et la foi qu’il nous aidera à éviter de commettre encore des fautes. Ce genre de foi permet à son expiation d’opérer dans notre vie. Lorsque, avec l’aide du Sauveur, nous « percevons après » et « faisons demi-tour », nous pouvons éprouver l’espérance en ses promesses et la joie du pardon. Sans le Rédempteur, l’espérance et la joie s’évaporent et le repentir se transforme en un vulgaire changement de comportement. Mais, en exerçant la foi en Lui, nous nous convertissons à sa capacité et sa disposition de pardonner le péché. […]

Au lieu de nous trouver des excuses, choisissons de nous repentir. Grâce au repentir, nous pouvons rentrer en nous-mêmes, comme le fils prodigue de la parabole, et réfléchir à la portée éternelle de nos actes. Lorsque nous comprenons comment nos péchés peuvent affecter notre bonheur éternel, non seulement nous devenons véritablement pénitents mais nous nous efforçons également de devenir meilleurs. […]

Le fait que nous puissions nous repentir est la bonne nouvelle de l’Évangile ! La culpabilité peut être « balayée ». Nous pouvons être remplis de joie, recevoir la rémission de nos péchés et avoir la conscience en paix. Nous pouvons être libérés des sentiments de désespoir et de la servitude du péché. Nous pouvons être remplis de la lumière merveilleuse de Dieu et ne « plus [être] dans la souffrance ». Le repentir est non seulement possible mais il est également joyeux grâce à notre Sauveur.

« Le repentir : un choix joyeux », conférence générale d’octobre 2016

Découvrez d’autres sujets

Qu’est-ce que le Livre de Mormon ?

Le Livre de Mormon est un autre témoignage de Jésus-Christ.

Qu’enseigne la Bible ?

La Bible nous enseigne que tout au long de l’histoire, Dieu n’a jamais cessé d’aimer ses enfants.

Grâce à lui

Jésus nous offre la possibilité de vaincre le péché et la mort et de retourner vivre avec Dieu.

Se rapprocher de Dieu

Il est notre Père. Il a créé le monde et chacun de nous. Il vous connaît et vous aime.
Mormon.org est en train d’écrire…